Le 15 septembre, lors de la rencontre avec des chatons organisée à Mazan, nous avons rencontré Sylvie et Denis, des Suisses installés en Vaucluse et amoureux des chats. Depuis des années ils secourent, soignent et nourrissent les chats abandonnés de leur village. Et surtout ils ont fait stériliser à leur frais 35 chats errants. Jusqu’à maintenant, ils pouvaient se le permettre mais depuis le premier septembre, Denis est retraité et ses revenus ont chuté. Or, les propositions d’aides ne se sont jamais manifestées. Par contre les demandes continuent et ils viennent de trouver devant leur porte un carton contenant trois tout petits chatons! Que faire? Les associations sont toutes saturées, confrontées à une horreur quotidienne trop peu connue. En effet, il y a une ou deux générations, les chatons non désirés étaient tués de façon plus ou moins sauvage. Aujourd’hui, faut-il s’en réjouir, on ne tue plus les chatons. On les enferme dans des sacs plastic et on les jette dans les poubelles. L’association SOS Sacs à Puces en a ainsi recueilli plus de 230. Ils sont soignés et placés en familles d’accueil en attendant d’être adoptés.

Les personnes qui abandonnent une portée dans une poubelle pensent-ils qu’ils les condamnent à être compressés avec les ordures? Cela semble inimaginable et illustre le clivage dont nous sommes capables entre les adorables petits chatons et d’autre part…le déni.

Aujourd’hui, Sylvie et Denis ont besoin d’aide pour faire stériliser ces 3 chatons. Ils ont actuellement 3 mois, ce qui nous laisse du temps pour faire appel à vous. Si vous souhaitez les aider, vous pouvez adresser vos dons à Argos et Bastet en précisant : « pour la stérilisation des 3 chatons de Denis et Sylvie ».

En Suisse, où un élu genevois vient de déposer une pétition dans laquelle il demande à ce que tous les chats errants soient stérilisés, un homme a noyé son chat. Il a tout d’abord nié l’avoir fait, mais convoqué par le vétérinaire cantonal, il a avoué et a été condamné à 25 000€ d’amende et 5 ans de prison avec sursis.

Une nouvelle disposition est entrée en vigueur dans les régions belges de la Wallonie, de la Flandre et de Bruxelles : la stérilisation et la castration des chats domestiques et errants est désormais obligatoire afin de lutter contre la prolifération des félins. Une mesure unique en Europe.
La France est à la traine et détient un triste palmarès en matière de non protection animale. Nous préférons continuer à penser qu’un chat de rue s’en sortira toujours. Malgré les preuves.
En attendant, aider ceux qui aident permet que les personnes efficaces ne se découragent pas. Merci d’aider Sylvie et Denis, héros silencieux du quotidien des chats sans toit.

Cette toute jeune chatte a été trouvée dans les bois de Mazan, enfermée avec sa sœur dans un carton. Elles sont parties ensemble dans une famille qui les aime.